The State of Social Commerce

Le Social Media a le vent en poupe et depuis peu, on constate que le Social Commerce prend une importance non-négligeable. Les mutations les plus importantes du comportement des gens et de leurs engagements avec les médias sociaux se dessinent dans cette nouvelle aire.

Le temps où les médias sociaux étaient utilisés comme simple lieu de conversation et de partage de contenu est révolu. En effet, nous sommes de plus en plus à l’aise avec l’idée d’effectuer des paiements sur les nouvelles technologies afin de transformer notre expérience du shopping. Et pourtant, une certaine incertitude est toujours présente. Finalement, est-ce que le commerce social trouvera sa place sur nos mobiles où en ligne ? Comment s’effectueront les paiements ? Comment les marques vont-elles tirer le meilleur partir de cette situation ? Et quelle plateforme sociale va s’imposer comme leader dans le commerce social ?

Laurent Fisher dresse les grandes lignes de l’état actuel du Social Commerce. Il est indéniable que le commerce social se développe le plus rapidement sur Facebook car il bénéficie de plus de 750 millions d’utilisateurs actifs, des technologies nécessaires pour transformer les processus de commerce électronique grâce à la personnalisation et d’une plateforme pour faciliter le paiement. Facebook aurait le monopole du commerce social. L’analyse de Mike Fauscette prédit que dans les 3 prochaines années, 10 à 15 % des dépenses totales de la consommation dans nos pays se fera grâce à Facebook. Et il ne s’agit pas seulement des dépenses de consommation en ligne mais bien des dépenses de consommation totale, ce qui montre le potentiel du commerce social. Les chiffres parlent d’eux-mêmes avec cet exemple : plus d’1 million de clients de Starbucks utilisent le programme de fidélité qui est disponible sur Facebook.

Afin de démontrer le succès de cette mécanique du commerce social auprès de différentes marques, spinback propose cette infographie qui montre quelques-unes des histoires à succès de Facebook. On y apprend que les recettes prévues pour le marché du commerce social en 2015 s’élèveront à plus de 30 milliards.

Etat du commerce social / Voir en grand

Mais Facebook n’est évidemment pas le seul support générant des mouvements dans le commerce social. Récemment, Google a fait des investissements importants en la matière et a même rendu sa page d’accueil en une plateforme de commerce social. C’est évidemment une bonne chose pour les marques. Jusqu’à maintenant, même si le commerce social a été témoin de la croissance, cela ne s’est pas élargi bien au-delà du F-commerce ou des promotions controversées et limitées sur Groupon, qui suivent le même format, souvent problématique pour les vendeurs. Maintenant que Google s’implique davantage dans le commerce social, cela signifie une dynamique et bataille pour offrir la meilleure solution pour les marques. Google draine un trafic surréaliste, voilà un atout excitant pour concurrencer Facebook

Givvy est proposé depuis peu sur Facebook et montre l’avenir du commerce social. Cette startup basée à San Francisco propose un panier social unique sur Facebook qui fournit non seulement des recommandations de produits personnalisés à ses utilisateurs en fonction de leurs connexions et intérêts mais aussi, remplit leur boutique en ligne avec un contenu généré par l’utilisateur. Ce sont donc les utilisateurs qui génèrent les produits présentés dans le panier. Fini les descriptions impersonnelles dictées par les marques, place aux produits et suggestions des utilisateurs.

Givvy Social Commerce

Cela transforme complètement le commerce social car les utilisateurs joueront le rôle majeur et continueront à avoir un avantage sur les marques comme elle se développe. Les marques se devront de rendre ses produits disponibles, et surveiller la façon dont ces produits seront découverts par les utilisateurs. L’exemple de Levi’s est signifiant : les utilisateurs peuvent choisir de l’afficher que les produits que leurs amis avaient vu ou recommandés. Le commerce social permette un contenu différent et change la donne des sites d’E-Commerce, qui doivent s’adapter à nos propres besoins et intérêts. Mon panier virtuel sera complètement différent de ce qu’un voisin voit. Le contenu sera produit pour moi et de même, sera le feed-back d’une histoire unique de ma communauté en ligne, basée sur mon intéraction avec le site et les produits.

On remarque également dans le commerce social une tendance où la marque elle-même a une relation beaucoup plus directe avec les consommateurs, souvent en mettant à l’écart le détaillant, et change ainsi complètement le modèle économique que l’on connaît actuellement. Coca-Cola a maintenant une boutique en ligne sur Facebook, où l’on peut acheter une gamme de produits de la marque, peu importe où l’on se trouve. Et maintenant, Nestlé a lancé un magasin de commerce social dédié en Allemagne (LIEN). Ce magasin virtuel est hébergé sur leur propre nom de domaine, et non pas sur Facebook. Gerhard Berssenbrügge, PDG de Nestlé Allemagne explique : « We want to be inspired by people’s ideas and to enable them to take an active part in helping us shape not only the future of the Nestlé Marketplace, but also of our products… ». « Fin 2011, la vente en ligne des produits alimentaires et des boissons de la marque devrait dépasser 500 millions d’euros en Allemagne. Il s’agit donc d’un domaine important où nous avons une réelle opportunité de s’engager auprès des consommateurs ».

Nestle Marktplatz

De plus en plus de marques veulent socialiser les expériences d’achats en ligne et les monétiser directement. Le commerce social s’avère être la plus grande opportunité unique pour monétiser les réseaux sociaux, à la fois pour les marques, et d’autre part, pour les plateformes sociales. Que ce soit via un simple plugin panier sur votre page, déplacer complètement votre boutique sur une plateforme sociale ou comme Nestlé, construire une solution de commerce social complet sur un site dédié, les solutions à expérimenter avec le commerce social sont multiples et passionnantes. Le choix pour les marques ne fera qu’augmenter, tout comme les possibilités d’attirer de nouveaux clients via des plateformes de médias sociaux.

Source : Traduction de l’article « Social Commerce: How money is changing social media« , écrit par Lauren Fisher